TÉLÉCHARGER MEMOIRE CHADLI BENDJEDID PDF

TÉLÉCHARGER MEMOIRES CHADLI BENDJEDID PDF - Mais Chadli Bendjedid a entamé ses mémoires par un prologue où il exprime ses. Mémoires:: Tome 1: Les contours d'une vie / Chadli Bendjedid ; rédigé par Abdelaziz Boubakir ; trad. de l'arabe par Mehenna Hamadouche. 13 janv. TÉLÉCHARGER MEMOIRES CHADLI BENDJEDID PDF - La rédaction - 19 décembre 0. Nous vous remercions de votre visite,tout en.

Nom: memoire chadli bendjedid pdf
Format:Fichier D’archive
Version:Nouvelle
Licence:Libre!
Système d’exploitation: iOS. Windows XP/7/10. MacOS. Android.
Taille:14.78 Megabytes


PDF TÉLÉCHARGER MEMOIRE CHADLI BENDJEDID

Son souhait était de transmettre à ses enfants l'amour de la tetTe et le désir de la trllvailler avec dévouement. Zami Mohamed Né le 25 janvier à Sougueur. Les rela- tions de solidruité et d' entraide étaient prédomi- nantes au sein de la lIibu et du voisinage. La région a vu l ' arrivée de plusiems vagues de colons et de prédatems qlÙ se sont emparé des meillemes terTes, et ont bénéficié de grandes faci- lités pom créer leurs fermes, lems usines et leurs ateliers. Un jom, mon oncle Brahim acheta ml cadeau et alla rendre visite à sa scem. Voilà un livre, effort intellectuel abouti, une exploration approfondie mais aussi et surtout lucide, qui disperse cette sorte d'encre de seiche dont Bouteflika s'entoure soigneusement et constamment pour ne pas avoir à apparaître et, donc, s'assumer dans sa véritable dimension. PROLOGUE Je suis né une rumée avrult les cérémoniaux pro- vocatems pru- lesquels la France célebrait le cen- tenaire de la colonisation à la grrulde indignation des Algéliens qui se sentirent htuniliés. Ainsi, les élèves elU'opéens nous regardaient-ils avec condescendance et méplis.

Télécharger Du côté du père, je suis Chadli Bendjedid, ben. El-Hadi (), ben A1uned Documents similaires à memoire cf3p.info La Mafia Des. Les mémoires de Chadli Bendjedid, pdf. Le livre, intitulé sobrement Chadli Bendjedid, Mémoires, Tome 1: /, "J'ai constaté, dit-il, que la plupart de ces. TÉLÉCHARGER MEMOIRE CHADLI BENDJEDID PDF - Le premier volume des mémoires de feu le président Chadli Bendjedid sera.

Affecté, fin , à Ghardimaou, Bouteflika s'en est allé plutôt se balader en Espagne et en Italie. Des semaines durant. Il n'officiera, non plus, pas au Mali. Bouteflika n'a supporté ni l'isolement ni les difficiles conditions de vie. Sans laisser d'adresse. Il n'a séjourné au Mali que le temps de déposer ses bagages. Ceci, pour le passé. Revenu aux affaires en , Bouteflika continuera à projeter une image de sa personne sous un prisme totalement déformant.

A commencer par ce qu'il a cultivé comme image d'opposant à Chadli Bendjedid. Il n'a jamais été proche de Chadli comme durant son émigration à l'étranger. Il s'intéressa même à une des filles Bourokba la belle-famille de Chadli dont il apprit qu'elle était encore célibataire. Bouteflika se mariera, sans que personne ne le sache, en Bouteflika se maria un vendredi d'août dans un appartement de la rue Duc -des- Cars, à Alger.

Cette pru1ie sera suivie d'lm second tome qui abordera des questions imprultes et sensibles ayant mru'qué l ' histoire récente de l' Algélie, Puisse Dieu guider mes pas. Chadli Bendjedid Alger, le 14 avIiI , ,. Pom moi, cette fonnule d' Ibn Badis représente une vérité à laquelle je crois fermement parce qu' elle définit mon identité et mon appartenance et même ma place en tarll qu'Algérien darlS ce monde. On l'appelle aussi Yârch tribu des Djedaïdia.

memoire chadli.pdf

Selon une autr'e légende - je ne sais si elle est vraie - ce nom est tme défOlmation du mot Sebha qui serait lui-même une altération de Saba ' au Yémen. La bourgade se tr'ouve à l' extr'ême est du pays, entr'e Armaba et la localité de Bouteldja, eX-Blarldatl. Les maisons sont disséminées sm une tetTe sablonneuse mais feltile. Vues de loin, elles semblent collées les unes au aut- res, tandis que cel1aines apparaissent isolées au milieu des fennes et des jardins.

Actuellement, Sebâa s' est agrandie et est devenue lme agglomé- ration rattachée administrativement à la wilaya de Tarf, liInitée par la mer Méditenanée au nord, Guelma et Souk-Aluas au sud, AImaba à l' ouest et la fiontière tunisienne à l'est. J'ai grandi, comme tous les enfants à cette époque-là, daIlS lm envirolUlement où les légendes, les mythes et les histoires populaires façolUlaient la vie de tous les j oms.

Ce que notre grand-mère nous racontait avait valem de véIité absolue. Ses histoires ont forgé notre imagination, nos senti- ments, notre perception du monde et notre rela- tion avec le temps et l'espace. Là, ils se seraient scindés en deux groupes.

L'lm s' est fixé à Sebha, à l' ouest, et l' autr'e a poursuivi sa route jusqu' aux hauts plateaux algé- liens. Durant son péliple, ce deuxième groupe se divisa également en deux, le premier prolongea son péliple plus à l' ouest, tandis que le second pre- nait la direction du nord pour s'installer dans ce lieu qui prendra par la suite le toponyme de Sebâa.

Les membres de la famille qui se sont dili - gés plus à l' ouest se fixèrent à Ksar Chellala et pOltent des noms différents du nom Oliginel ; les autr'es s'installèrent dans le Djebel Amour, à Aïn Sefra et pOlt ent le nom de Bendjedidi. Mon oncle - qui fut kh odja, c' est-à-dire secré- taire à la mailie de Bouhadjar - m' a raconté avoir rencontré cette branche de la famille lorsqu'il fut condaJllilé à mOlt et dépOlté, avec d' autr'es mili- tants, au caJnp de concentr1ltion de Bossuet, près de Sidi Bel-Abbès.

Quant aux denùers, les récits indiquent qu'ils se sont rendus au SallaJ1I Occidental où ils se sont fondus daJ1S la poptùation locale. Evidenunent, cette mythologie sur les Oligines renvoie, dans ses lnenus détails, à ce que relataient les récits de la majOlité des faJlùlles algéliemles sur leurs aJlcêtr'es, et ce qu' avait rappOlté l' énù- nent lùstOlien AbdenalunaJle Ibn KhaldoWl sur les migl1ltions des tribus aJ'abes, lew's conditions, leurs spécificités et leurs modes de vie.

Ce qui dénote, SaJ1S doute, Wle celtaine nostalgie, aJlcrée daJ1S les esplits, d'lUl passé lointain qui leur rap- pelait leurs gloires, mais qui restait conune incom- préhensible et inaccessible. Preuve en est que des membres des deux filiales libyerme et twrisielwe continuaient à ren- di-e visite à notre village et à pattager avec nous nos joies et nos peines.

Ainsi, à l ' occasion du matiage d' un des fils de mon grand-père Cheikh Mohatned, des membres de la branche de Sebha et d'Ouchetata ont été invités, ont répondu à l ' invita- tion et sont venus à Sebâa, à dos de chevaux et cha- meaux.

Ils y sont restés sept jom s et sept nuits, à titt-e d' invités d' hOlwem de f 'aarch.

CHADLI BENDJEDID, MÉMOIRES, TOME 1: 1929-1979 Libérer la mémoire

Pendatlt la révo- lution, ils ont renoué le lien, strite à la rencontre de mon père, alors en exil en Tunisie, avec lew-s chefs, lesquels se firent le plaisir de! MEs RACINE S ET MON ENFANCE Quant à notre grande famille, elle s' est instal- lée, COimne je l'ai déj à évoqué, à Sebâa, où elle a procréé, acquis de vastes tenes cultivables, et pu conselver sa structlU"e tlibale hennétique, à tra- vers des alliances et des solidruités fruniliales et lIibales , Il n ' existe, bien entendu, pas de docwnents qui attestent ces propos, ils sont fondés SlU" des récits que des générations s' appliquèrent à lI'ansmetu'e de père en fils , Enfrults, nous écoutions, mes cou- sins et luoi, ces histoires passionnantes sur notre généalogie, conune s'il s'agissait de miracles qui nous rappelaient la geste des Béni!

Le soir même, Aluned-Ali Ghezali, à l' époque ministre de l'Habitat, et qui m' accompagnait dans ce voyage, m' a confié qu'il avait observé Wle simi- litude troublante entre notre dialecte et celui des Yéménites.

BENDJEDID PDF MEMOIRE CHADLI TÉLÉCHARGER

Elles lem prêtèrent allégeance en échange de certains services, dont celui de Clùtiver lems ter- res. Le système social qui régnait était le système traditiOlUlel, tant en matière d' organisation des relations fruniliales qu 'au sein d'lUle même frunille. Le chef de la l1ibu des Bendjedid se chargeait du règlement des différends, sa parole faisant foi dans toutes les affaires. Le denuer chef de la l1ibu fut Cheikh Mohamed, mon grand-père matemel.

A sa m01t, la macheikha avait disparu. Les aut01ités coloniales avaient tout fait pom démanteler cette aut01ité afin de lui substituer celle des caïds, un vélitable pouvoi. En fait, faire allégeance en échange" de protec- tion dépassait le cadi-e des relations l1-aditionnel- les connues ; c' était en vélité pom la population l' expression du refus de l 'adilulusl1'lltion coloniale, qui avait pillé ses tenes les plus feltiles et déman- telé son système l1ibal. Les petites fanulles installées autom de nol1-e l1ibu prêtaient allégeance de différentes maniè- res, et selon des lites conventi01Ulels.

Cette sujé- tion se l1-aduisait par l'obéissance, le respect et prufois aussi la crainte. Le chef de la l1ibu Bendjedid représentait, aux yeux des autres, à la foi s les pouvoirs religieux et temporel.

Ainsi, à tin-e d' exemple, en était-il des lites d' entenement. Il existait à Sebâa un smil cimetière, situé autour du mausolée de Sidi Kllaled. Aujomd 'hui, il n' en reste que des ruines. Cela dit, celtains habitants du village continuent, jusqu'à auj omd'hui, à y chercher béné- diction et à éClire sm ses mms des pli ères et des SOlÙlaitS, conmle celtù de voir ses filles matiées, ses gat'çons réussir à lems examens, lems fenunes guélir de lem stélilité ; et même, pat'fois, des ptiè- res pom obtenir lUI logement.

Sidi Khaled était lUI saint patron. Tout le monde ne j urait que pat' lui , Nous, les Djedaïdia, entenions nos mOlts à l' est du mausolée, c' est-à-dire à sa di'oite, Nos cousins, de la fatnille Saïfi, entelTaient les lems à notre di'oile, Et il était interdit aux auti'es fatnilles de Sebâa d' entetTer les leurs à la gauche de nos tom- bes, QUatlt aux fatnilles pauvres, elles itùnunaient lems morts 10itl denière nous, du côté ouest.

TÉLÉCHARGER MEMOIRE CHADLI BENDJEDID PDF

Ces us sont en vigueur à ce jour. Nous SOlmnes, donc, une fatnille de nobles, datlS le sens que confèrent à ce mot les Algétiens, Notre fatnille était réputée pom son combat contre l'itl- justice datlS la région de Sebâa et ses environs. En effet, ces denùers imposaient aux poplùations de lomdes ponctions, qu 'ils collec- taient pat' la force, et confisquaient les récoltes, pillaient les lichesses et elùevaient le bétail ; ce qlÙ amena mon at1ière grand-père à se révolter et à les combattt'e pendatlt longtemps.

BENDJEDID TÉLÉCHARGER MEMOIRE PDF CHADLI

On peut bien l' assinùler à ces légendaires gat'diens de l'hOlmem de la ttibu ayatll combattu les différentes fOlmes d' occupation au coms de l'histoire contemporaine de l'Algétie.

A la fin du XIX' siècle, le colOIualisme réussit à étendi-e son autOIité sm l'ensemble des régions situées sm la plaine d'Amlaba, à travers les lois scélérates qu'il avait pronuùguées pom exproprier les paysans de lems tetTes, lesquelles avaient conservé jusque-là lem statut de propriété collec- tive. Il réussit également à démanteler le système nibal. La région a vu l ' arrivée de plusiems vagues de colons et de prédatems qlÙ se sont emparé des meillemes terTes, et ont bénéficié de grandes faci- lités pom créer leurs fermes, lems usines et leurs ateliers.

Ces colons étaient venus de divers pays emopéens, la majOIité étant issue du sud-est de la France. Mais il y avait aussi des Maltais et des jlÙfs. Lem nombre atteindi-a des dizaines de milliers à la prerlÙère moitié du XX' siècle.

C'était l 'âge d'or du colonialisme. En parallèle, les autorités coloniales, dans le souci de prévenir d' éventuelles révoltes, s' appli- quaient à réserver WI n-aitement particulier à quelques grandes familles et à ceux qu'on appelait les notables, en en faisant lem- relais auprès des indigènes. La famille Bendjedid faisait partie des grandes fanùlles ayant joué ce rôle dmant l ' é- poque ottomane, plUS dmant l 'occupation fran- çaise.

TÉLÉCHARGER MEMOIRE CHADLI BENDJEDID PDF

Je me rappelle que mon cousin matemel était encore caïd, jusqu' au tout début de la guetTe, avant de démissionner sous prétexte de maladie. Après le déclenchement de la révolu- tion, il démissiOlma de son poste, et dans le même temps, son fil s, Khaled, rej oignit le groupe de mili- tants qui activait avec Abdenalunane Bensalem. Le mati age COllSatlguin était très répatldu au sein de noh'e grande fatnille, pat'ce que celle-ci refusait de s' allier avec des fatnilles de moindi'e rang, Cheikh Mohatned a épousé lUle femme qlÙ s'appelait Chebla, issue d' tllle fatnille COlUme des Olùed Sidi-Abid, C' était mle fenune de cat'actère, plutôt belle dans sa tenue chaOlùe.

Ma mère tirait fielté de son appattenatlce aux Olùed Sidi-Abid.

Jusqu' à lUl passé pas h'ès lointain, tllle : erda était orgatùsée chaque atmée à Sidi-Abid, C'était souvent l'occasion de rencontres enh'e chevahers et notables, Des membres de noh'e aarch y prenaient patt, Aiuned, mon grand-père patemel, a épousé, lui aussi, lUle fenune prénonunée Djemaa, issue d' tllle fatnille renonunée des Ziadites, qui habitait à Batlai - actuellement ChÙlatù.

La famille refusait également de s' allier avec des familles hors de son clan, par souci de préser- ver sa cohésion. Les choses ont ensuite changé ; les grandes familles cherchaient à s' allier les tmes avec les autres pom trouver protection et sécmité.

Enfant, nous nous racontions une anecdote qui était, en même temps, mle devinette. Un jom, mon oncle Brahim acheta ml cadeau et alla rendre visite à sa scem.

S'il lui anive, par exemple, d' avoir des enfants avec elle, l' oncle pate11lel devient oncle mate11lel et vice- versa. Panni les conséquences du aliage consan- guin, l' app31ition de plusiems maladies, en plus de nombreux conflits et d'imbroglios liés à 1' hé!

Je me rappelle une de ces histoires qu'on se racontait avec autant d'émerveillement que de fie! Les gens évo- quaient avec admiration sa façon de les traiter avec aut31lt de!

MEMOIRE PDF BENDJEDID TÉLÉCHARGER CHADLI

Il était, pom ainsi dire, un honUlle inflexible et jouissait d' tUle autOlité absolue dans la région. Il savait être dm quand il le fallait, et tolérant qU31ld il le fallait. Mohamed Bendjedid m 'a fait cela! Au soir, le bOlùlOllune rapporta à mOIl grand-père tout ce qu 'il avait vu et entendu, après av oir eu sa promesse de ne pas s' en prendre à la persoIUle.

Pratiquer la chasse et posséder IUl fusil étaient, à l' époque, un signe d'op,ùence. Chasseurs chevron- nés, ils s' aventlU"aient parfois jusque tard dans la mùt, bravant le froid de 1' hiver, pour chasser le celf de Barbruie, des fauves et toutes sOites d' ani- maux. Le lion n 'avait pas encore diSpru"l1 drulS ces régions.

Il serait mort sans l'intelvention de ses runis. Un uni- vers régenté par les valeurs de chevaleIie, d ' hé- roïsme, d' hOlUleur et de respect des aînés.

C ' était notre petit univers, idéal, mais peuplé de mystères et d' énigmes. Je ne conselve de la maison où je suis né que de vagues souvenirs.

Nous vivions à deux kilomètres de Sebâa, en pleine campagne. Les membres de la famille passaient le plus clair de leur temps à travailler dans les champs. Nous jouissions du respect des voisins.